Comment gagner rapidement de l’argent grâce à la culture de l’okok

Bouquet de Gnetum vendu sur le marché local

Le eru est l’un de mes plats préférés (et celui de beaucoup d’autres camerounais). C’est un peu la star de nos marchés et des tournes-dos. L’okok est son jumeau du centre tout aussi apprécié de nombreux citoyens.  La feuille d’okok ou  « Gnetum» est l’ingrédient principal de ces mets de chez nous. Plusieurs régions du continent africain consomment cette plante tropicale . Deux espèces prédominent au Cameroun: Le Gnetum africanum et le Gnetum bucholzianum. Elles poussent abondamment dans les forêts du centre et du Sud-ouest. Les effectifs forestiers ont fortement diminué à cause du  boom de la cueillette et de l’exportation de cette denrée sauvage. Aussi, depuis une dizaine d’années, la culture de l’okok est vivement encouragée. Afoup vous propose donc d’apprendre à cultiver cette plante et vous faire un revenu important.

Comment planter l’okok ?

Plants de Gnetum prêts pour la terre

 

O cultive le Gnetum  sur des terrains agricoles ou semis forestier. En effet, la plante est rampante, et ses lianes s’attachent aux branches des arbres. Le processus de plantation consiste à :

  • créer sa pépinière : pour cela vous pouvez ajouter des jeunes pousses en dans des sachets. Ensuite les laisser croître pendant plus de deux mois. N’oubliez pas de les arroser 2 à 3 fois par jour. La pépinière est située de préférence dans un espace couvert ; Sinon certains jardins botaniques et des GIC  vendent des plants pour les producteurs impatients.
  • enlever les sachets plastiques et mettre les plants en terre ;
  • creuser des trous de 25 centimètres pour insérer les plants;
  • surveiller régulièrement l’évolution de la plantation. En cas de chaleur intense, penser à arroser les arbustes aussi longtemps que cela sera nécessaire.

 

Comment récolter l’okok ?

La cueillette du Gnetum intervient après un an en moyenne. Elle se déroule de quatre façons différentes :

  • prélever seulement les feuilles sur la liane ;
  • couper le dessus de la plante sans oublier aucune des feuilles ;
  • arracher entièrement la plante afin de prélever les feuilles et ou les racines ;
  • abattre l’arbre sur lequel la plante pousse.

La troisième technique est plus appropriée lorsque le producteur a des clients qui utilisent les racines pour la pharmacopée traditionnelle. Les deux dernières méthodes ne sont pas vraiment conseillées pour une exploitation  sur le long terme.

 

Comment transformer l’okok ?

Gnetum haché, séché, et ensaché 

Les feuilles de Gnetum sont vendues  finement hachées  pour la préparation de mets locaux. Vous pouvez hacher et sécher une partie de votre production pour l’exportation. Pour ce faire, les feuilles doivent être ensachées et conservées à l’abri de l’humidité.

La demande nationale et internationale d’okok est très élevée. C’est donc un excellent moyen de gagner rapidement de l’argent. Aussi, un hectare d’Okok produit un rendement allant jusqu’à  7,5 tonnes après deux ans. Un plant coûte environ 400 FCFA. Tandis qu’un kilogramme de feuilles d’okok coûte approximativement 1500 FCFA. Pour tout conseil pratique sur l’exploitation des feuilles de Gnetum, contactez Afoup au +237 242-675-031 ou sur contact@afoup.net.

 

About the Author

Laisser une réponse

%d blogueurs aiment cette page :